519 médicaments non disponibles : Qu’est-ce que c’est ?

Geplaatst op 23 juillet, 2019 om 13:54

Différents médias écrivent des articles à propos de la liste de 519 médicaments momentanément indisponibles dans notre pays. 519 est un nombre qui paraît élevé mais qui ne reflète pas vraiment la réalité. Si on ne compte pas les médicaments pour lesquels il existe une alternative, seuls quatre médicaments de cette liste sont indisponibles. Comment cela se fait-il ?

519 médicaments sont actuellement indisponibles dans notre pays : c’est beaucoup. Il y a toutefois une bonne nouvelle : cela n’affecte pas la santé publique. Pour la plupart des médicaments manquants, des alternatives présentant les mêmes propriétés thérapeutiques sont en effet disponibles. Cela signifie que les patients peuvent poursuivre leur traitement.

En outre, la liste ne tient pas compte du conditionnement des médicaments. Un grand nombre de pilules peuvent être obtenues dans différentes tailles d’emballage, par exemple en boîte de 10, 20, 30, 60 ou 90 pièces. Si un de ces formats d’emballage n’est pas disponible, il est repris sur la liste des indisponibilités, même si le médicament est encore disponible dans d’autres formats d’emballage. De ce fait, certains médicaments figurent deux ou trois fois, voire plus, sur la liste parce que chaque taille d’emballage est comptabilisée.

Quatre ‘vraies’ indisponibilités

Des 519 médicaments indisponibles, il y en a quatre pour lesquels il n’existe pas d’alternative thérapeutique équivalente. Nous en dressons la liste ci-après :

  • Un psychotrope utilisé pour traiter notamment la maniaco-dépression et les troubles bipolaires.
  • Deux médicaments à base de plasma sanguin. Le matériel corporel humain comme les produits sanguins est rare. Les médicaments produits à base de ce type de matières premières rares sont par définition sensibles aux indisponibilités. Il convient de les utiliser de la manière la plus économe et ciblée possible. C’est pourquoi l’INAMI a resserré les conditions de remboursement de l’un de ces produits en 2017.
  • Le quatrième médicament est un antibiotique pour lequel la matière première pose actuellement problème.

L’Agence fédérale pour les médicaments et les produits de santé et l’INAMI mettent tout en œuvre pour trouver une solution à ces pénuries essentielles et faire en sorte qu’aucun patient n’en pâtisse.

Souci pour les patients et les prestataires de soins

La plupart des indisponibilités ne mettent pas en danger la santé publique mais il ne faut pas sous-estimer le désagrément pour les patients et les prestataires de soins. Pour bon nombre de patients changer tout d’un coup de traitement n’est pas évident. Pour les médecins et pharmaciens, ce genre de changements implique aussi beaucoup de démarches administratives. C’est pourquoi nous recherchons tous ensemble des solutions.

Problème international

L’indisponibilité de médicaments est un problème international qui touche l’ensemble des pays européens. À titre de comparaison : aux Pays-Bas, 769 médicaments étaient indisponibles l’an dernier et ils étaient au nombre de 730 en 2017.

Les médicaments ne sont pas fabriqués pour un seul pays mais pour le marché international. Un pays ne peut donc pas résoudre ce problème à lui seul. C’est pourquoi la Belgique a mis à plusieurs reprises cette question à l’ordre du jour au niveau international. Cela porte ses fruits : en juin 2019, le comité de la santé de l’OCDE a décidé d’y consacrer un rapport à part entière. Ce rapport comprendra aussi une série de recommandations politiques pour endiguer le problème de l’indisponibilités de médicaments.

Protéger les patients belges

Par ailleurs, au cours de ces dernières années, nous avons établi avec l’AFMPS un état des lieux détaillé de la situation en Belgique. Grâce à ce travail, nous pouvons anticiper plus rapidement et corriger de manière plus ciblée.

Nous avons également pris des mesures pour protéger les patients belges. En mars de cette année, une loi a ainsi été votée, obligeant les grossistes-répartiteurs à donner priorité aux patients belges et évitant que ces médicaments ne se retrouvent à l’étranger (pour en savoir plus, cliquez ici). Un recours a récemment été introduit contre cette disposition, mais je suis convaincue que cette mesure protégera mieux nos patients et je continue donc à la défendre.

Solution miracle ?

Dans ce dossier concernant les médicaments indisponibles, différents facteurs sont en cause, allant de la pénurie de matières premières ou de doutes au sujet de la qualité de ces dernières, aux problèmes de production ou questions logistiques. Il n’existe donc pas de solution miracle. En collaborant tant au niveau national qu’international, petit à petit, nous pourrons réduire le nombre des indisponibilités.

Vous avez des questions ? Veuillez prendre contact avec les experts de l’AFMPS via l’adresse mail : info.medicines@fagg.be.