Appréciation internationale du modèle belge de coopération entre les autorités et l’industrie pharmaceutique

Geplaatst op 06 juin, 2016 om 07:26

La collaboration entre les pouvoirs publics belges et les entreprises de biotechnologies, plus particulièrement celles issues de l’industrie pharmaceutique, commence à jouir d’une réputation mondiale. Maggie De Block, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, est présente du 6 au 8 juin 2016 en tant qu’oratrice à laBIO International Conventionà San Francisco, Californie aux États-Unis. Elle y expliquera à des ministres et à des chefs d’entreprises de biotechnologies venus du monde entier comment les autorités et des entreprises pharmaceutiques ont procédé pour joindre leurs forces dans notre pays.

Maggie De Block : « Notre Pacte d’avenir pour le patient, notamment le modèle belge de coopération entre les autorités et l’industrie, d’une part, et entre plusieurs pays de l’UE et l’industrie, d’autre part, est apprécié à l’étranger. J’en suis vraiment fière. Nous avons réussi à mettre en pratique notre devise ‘l’union fait la force’ en faveur du patient. C’est une énorme motivation que d’entendre qu’il y a un grand intérêt venant d’autres pays. »

La BIO International Convention américaine rassemble plus de 2000 entreprises de biotechnologies, telles que des entreprises pharmaceutiques, des institutions académiques, des institutions publiques ainsi que d’autres organisations issues de 34 pays différents. En plus d’une immense foire où un stand belge est prévu, des réunions, séminaires, etc. s’y tiendront également. Lors de l’une de ces réunions, la ministre De Block présentera son Pacte d’avenir pour le patient en présence de ministres étrangers chargés de la Santé publique, de l’Innovation, des Sciences, des Entrepreneurs, de l’Économie, etc.

Au programme de cette convention BIO à San Francisco, il y aura également des rencontres avec des chefs d’entreprises de petites firmes de biotechnologies qui présenteront surtout les derniers projets en matière d’applications mobiles de santé à la ministre.

Maggie De Block : « Notre objectif est de donner au plus vite accès au patient, aujourd’hui et à l’avenir, à des médicaments innovants et orphelins, en plus d’offrir un cadre d’investissement stable à l’industrie pharmaceutique, ce que nous parvenons déjà à accomplir. »

Résultats

La ministre De Block a présenté son “Pacte d’avenir pour le patient” fin juillet 2015. Moins d’un an plus tard, les résultats sont déjà visibles. La facture de médicaments a chuté de 13 millions d’euros en 2015 pour les patients et de près de 30 millions d’euros pour les pouvoirs publics.

En ce qui concerne l’accessibilité des médicaments, un des objectifs consiste à arriver à de meilleures conditions pour les médicaments orphelins afin qu’ils soient plus abordables et davantage disponibles pour les patients. C’est pourquoi la ministre De Block aspire à collaborer avec d’autres pays européens. Maggie De Block : « Après les Pays-Bas en avril 2015, le Grand-Duché de Luxembourg s’est joint au protocole relatif aux médicaments orphelins en septembre dernier. Nous poursuivons les discussions avec d’autres pays. »

En matière d’essais cliniques, la Belgique occupe clairement la première place au niveau européen ainsi que le deuxième rang mondial. Chaque année, 2 % des patients belges ont plus rapidement accès à des médicaments innovants en participant à ces essais. Maggie De Block : « Nous voulons rester au top et avons donc élaboré un cadre budgétaire stable pour l’industrie, entre autres, grâce à une réduction de 13 % de l’impôt sur le chiffre d’affaires. Le but est que les entreprises pharmaceutiques continuent à investir dans le développement de nouveaux médicaments. »

L’industrie pharmaceutique a investi 2,6 milliards d’euros dans notre pays en 2015 ; soit 5,5 % de plus qu’en 2014. Par ailleurs, deux entreprises, Johnson and Johnson et Sanofi, ont annoncé en avril 2016 qu’elles comptaient faire des investissements supplémentaires dans notre pays.