Aujourd’hui, les premières applications de santé validées par les autorités publiques ont été publiées sur la plateforme www.mhealthbelgium.be. Maggie De Block, ministre de la Santé publique : « Les applications peuvent apporter une plus-value aux patients et aux prestataires de soins. Le problème est que l’offre...

Notre pays comptera bientôt 18 nouveaux scanners IRM répartis sur l’ensemble du territoire. C’est ce qu’ont conclu la ministre fédérale de la Santé publique, Maggie De Block, et ses collègues régionaux en charge de la Santé. Il s’agit d’une extension de 15 % des capacités actuelles. Le nombre total de scanners IRM passe ainsi à 139.
La ministre De Block explique : « Il arrive encore trop souvent que des scans CT soient prescrits alors que le patient a en fait besoin d’un examen d’IRM. C’est non seulement du gaspillage de fonds publics, mais l’utilisation des rayons X dans les scans CT comporte aussi un risque pour la santé du patient. C’est pourquoi il est important de remplacer les scans CT par des examens d’IRM quand c’est possible, qui eux n’utilisent pas de rayons X. En augmentant le nombre d’appareils, nous nous assurons que les patients puissent passer leur examen à temps. »
L’augmentation du nombre de scanners IRM en Belgique de 121 à 139 appareils cadre dans une vision à long terme de l’imagerie médicale. Fin de l’an passé, un protocole d’accord a été conclu à ce propos au sein de la Conférence interministérielle (CIM) de la Santé publique.

D’ici deux à trois ans

Les membres de la CIM Santé publique concluront maintenant un accord sur la répartition des 18 nouveaux appareils d’IRM entre les entités fédérées, qui attribueront à leur tour les appareils à des hôpitaux. L’objectif est que les appareils soient opérationnels dans les hôpitaux d’ici deux à trois ans.

Série de mesures

L’accord de protocole comprend une série de mesures visant à harmoniser l’offre en imagerie médicale et les besoins des citoyens, et ce, de manière durable.