Burn-out : lancement d’une campagne de prévention

Geplaatst op 08 avril, 2019 om 11:12

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block (Open Vld) lance aujourd’hui une campagne visant la prévention, la détection et la guérison du burn-out. Cette campagne est aussi associée à un site internet sur lequel sont proposés des informations et des conseils : stressburnout.belgique.be.

La ministre Maggie De Block : « Trouver des informations correctes sur le stress ou le burn-out n’est pas facile. Il arrive souvent qu’il soit déjà trop tard lorsque l’on prend conscience du problème et que l’on commence à s’y attaquer. C’est pourquoi je lance cette campagne de prévention sur le burn-out. Les citoyens, leur entourage, les employeurs et les professionnels de la santé peuvent désormais se référer au site internet. »

Burn-out
En Belgique, 130.000 travailleurs salariés et 5.600 indépendants sont confrontés à des affections mentales pendant plus d’une année. Il n’existe pas de diagnostic officiel pour le burn-out et plusieurs définitions existent. Il est important de faire la distinction entre le burn-out et les autres affections physiques ou mentales, comme la dépression ou les troubles anxieux.

Différents facteurs peuvent conduire à un burn-out : l’épuisement émotionnel et des événements au travail. « Il faut parvenir à concilier d’une part les obligations et les facteurs de risque et d’autre part les ressources qui vous donnent de l’énergie », explique la ministre De Block. « Le tout, c’est de trouver le bon équilibre. »

Le burn-out n’est pas uniquement un problème individuel, il constitue aussi une maladie de notre époque. Il apparaît tant parmi les travailleurs salariés, les fonctionnaires, les indépendants que parmi les personnes qui exercent une profession libérale. Tout le monde peut y être confronté et les connaissances manquent souvent pour savoir comment le prendre en charge.

Site internet
Plusieurs groupes cibles sont visés par le site internet. Il s’adresse en effet tant aux citoyens, à leur entourage, aux professionnels de la santé qu’aux employeurs « L’objectif de la campagne est de les informer et de leur procurer les outils nécessaires pour la prévention et la détection du burn-out afin de permettre d’orienter les gens vers les bonnes instances en vue d’obtenir du soutien », explique Maggie De Block.

Le site internet entend proposer une réponse à bon nombre de questions : Que puis-je faire moi-même pour améliorer mon bien-être physique, mental et social ? Comment reconnaître les symptômes de burn-out chez un/une collègue et comment le/la soutenir ? À quelles instances s’adresser pour obtenir du soutien ? En tant qu’employeur, que faire pour prévenir le burn-out ou pour réintégrer les travailleurs sur le lieu du travail après un burn-out ? Quelles sont les interventions financières que l’on peut recevoir de sa mutuelle? Etc.

Le site internet présente également des témoignages sous forme de vidéo. Les témoins sont des psychiatres, des cadres ainsi que des travailleurs qui ont été eux-mêmes confrontés à un burn-out. Le professeur en psychologie du travail, Isabelle Hansez (ULiège) et le professeur, docteur, psychiatre-psychothérapeute, Dirk De Wachter (KU Leuven) ont participé aux vidéos.

Une politique de prévention intégrée de lutte contre le burn-out
Le site internet s’inscrit dans une série plus large de mesures prises par Maggie De Block (Open Vld), ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. Mi-janvier 2019, un soutien financier a été accordé à 12 projets pilotes dans le cadre de la politique de prévention intégrée contre le burn-out. Ils ont été sélectionnés pour leur approche innovante par une commission d’évaluation parmi 77 candidatures. Pendant un an, ils traduiront la politique de prévention en actions efficaces et concrètes pour s’attaquer en profondeur aux affections mentales liées au travail.

Des actions transversales entre les différents acteurs concernés sont essentielles. Cela va d’actions de sensibilisation et de prévention à du soutien et de l’accompagnement sur mesure des travailleurs qui sont absents depuis longtemps pour cause de maladie.

Fedris a également démarré récemment un projet de trois ans visant à développer des trajets d’accompagnement sur mesure pour des personnes qui travaillent dans le secteur hospitalier ou le secteur bancaire et qui courent un risque élevé de burn-out, ou qui en présentent déjà les premiers signes.