Douze engagements pour les soins de santé et la protection sociale de demain

Geplaatst op 13 mai, 2019 om 10:28

Les soins de santé et notre sécurité sociale sont, en Belgique, d’excellente qualité. Nous pouvons en être fiers. Maggie De Block (Open Vld) est convaincue que l’on peut faire encore mieux. Elle propose douze mesures concrètes et réalisables, dont le remboursement de la consultation chez le psychologue, l’augmentation des chances de survie après un cancer et une meilleure protection sociale des indépendants. 

Nous faisons face à d’importants défis. À l’Open Vld, nous avons l’ambition de faire encore mieux, étape après étape, jour après jour. « Je veux continuer à améliorer les soins de santé pour le patient et la protection sociale pour tout le monde », dit Maggie De Block. « Toute la société en profiterait. »

« Il n’y a pas de temps à perdre », estime Maggie De Block. « C’est pourquoi nous traduisons cette ambition en engagements clairs vis-à-vis de l’électeur : que peuvent-ils attendre, dans notre pays, de l’Open Vld, si nous pouvons à nouveau gouverner ? Pour quoi nous battons-nous ? »

  1. Augmenter les chances de survie des patients souffrant d’un cancer

Grâce aux soins toujours plus performants, de nombreux patients avec un cancer vivent aujourd’hui plus longtemps tout en conservant une certaine qualité de vie. Les soins connaissent bien sûr des limites mais elles ne sont pas encore atteintes. En investissant dans les traitements de pointe et en augmentant l’expertise de nos hôpitaux, nous sauvons des vies.

  • Nous veillons à ce que les patients aient accès le plus rapidement possible aux thérapies les plus récentes, comme l’immunothérapie.
  • Nous développons de véritables centres d’expertise pour des cancers complexes où les patients pourront compter sur les meilleurs soins possibles.
  • Nous faisons en sorte que le patient soit transféré directement vers l’hôpital le plus adapté à sa pathologie.

 

  1. Meilleure protection sociale pour les indépendants

Toute personne qui travaille a droit à une bonne protection sociale. Malheureusement, les indépendants sont toujours moins bien protégés que les travailleurs salariés. C’est illogique et injuste. C’est pourquoi nous voulons mettre en place une meilleure protection sociale pour nos indépendants, avec :

  • Une pension de 1.500 euros par mois pour toutes les personnes ayant une carrière suffisante. Également pour nos indépendants.
  • Des indemnités de maladie revalorisées pour les indépendants.
  • Une aide financière et un accompagnement professionnel pour les indépendants en faillite.
  • Un congé de maternité supplémentaire pour les mères indépendantes.
  • La possibilité pour les indépendants devant subir une intervention médicale planifiée d’introduire une demande de chômage temporaire pour raisons économiques.

 

  1. Remboursement de la consultation chez le psychologue

Il ne faut pas négliger les problèmes psychiques. Hélas, c’est encore trop souvent le cas. Les problèmes risquent ainsi de s’aggraver, les rendant beaucoup plus difficiles à traiter. Nous élargirons le remboursement des consultations chez le psychologue afin que celles et ceux qui en ont besoin puissent recourir à l’aide d’un(e) professionnel(le).

  • Nous remboursons depuis peu des consultations chez le psychologue à 120.000 adultes. Il s’agit d’un énorme pas en avant, mais il ne s’agit pour nous que d’un début.
  • Nous voulons progressivement étendre le remboursement à tous, afin que les jeunes et les seniors puissent eux aussi recourir à de l’aide professionnelle sans devoir se soucier du coût.
  • Nous souhaitons également élargir, à l’aide d’une formation en premiers soins en cas de problèmes psychiques, les connaissances de tous en matière de santé mentale afin de pouvoir détecter plus rapidement les personnes en souffrance psychique.

 

  1. Pouvoir également consulter son médecin en ligne.

Il est préférable d’aller chez son médecin, mais un contact en ligne pourrait parfois suffire. « Pourrait » car dans la pratique, c’est très rare. Nous faisons le nécessaire pour que vous puissiez consulter votre prestataire de soins à distance.

  1. Pouvoir compter sur des soins de qualité dans son environnement familial habituel, peu importe son âge.

Bon nombre de personnes admises à l’hôpital, dans un centre ou un autre type d’établissement de soins, y séjournent actuellement pour des raisons non médicales. L’encadrement pour être soigné à domicile fait défaut. Nous remédions à cette situation afin que les patients qui le souhaitent puissent rester plus longtemps à la maison.

  1. Permettre d’opter en fin de carrière pour un rythme de travail moins soutenu ou un autre emploi.

Nous vivons de plus en plus longtemps. Le nombre d’années en bonne santé augmente également. Il est donc logique de rester de plus en plus longtemps sur le marché du travail. Cela ne veut cependant pas dire que toutes les personnes ayant atteint 55 ans peuvent ou veulent continuer à travailler de manière aussi soutenue ou identique qu’à 35 ans. Nous veillerons à ce que les travailleurs puissent plus facilement opter pour un régime de travail plus léger ou pour un travail adapté à partir de 55 ans. Travailler plus longtemps deviendra ainsi plus possible pour tout le monde.

  1. Un cadre légal relatif à la gestation pour autrui permet de protéger toutes les parties : l’enfant, la mère porteuse et les candidats parents.

Nombreux sont les couples hétéros confrontés à des problèmes de fertilité et les couples homos désirant avoir un enfant. Il arrive qu’ils trouvent une mère porteuse disposée à les aider. Il s’agit souvent de la soeur, de la mère ou d’une amie proche d’un des candidats parents. Dans notre pays, il n’existe actuellement aucun cadre légal protégeant toutes les personnes concernées. Nous souhaitons mettre fin à cette incertitude.

  1. Si l’emploi le permet, pouvoir décider soi-même où, quand et comment travailler.

Les travailleurs salariés sont nombreux à vouloir planifier leur travail de manière flexible. De nombreux employeurs souhaiteraient les y autoriser, mais ils se sentent contraints par des règles trop strictes. Nous ferons en sorte que les employeurs et les travailleurs puissent plus facilement se mettre d’accord entre eux et que vous puissiez davantage planifier votre propre travail.

  1. Rendre publique la qualité des traitements dans chaque hôpital.

Certains hôpitaux ont une bonne réputation pour le traitement de certaines affections. D’autres seraient beaucoup moins réputés. Mais est-ce bien vrai ? Chaque citoyen a le droit de disposer de ces informations. Il est toutefois difficile, voire impossible, de les récolter. Poser la question reste tabou. Nous souhaitons que la qualité de chaque traitement soit désormais publiée pour tous les hôpitaux.

  1. Un point de contact unique pour toutes vos plaintes concernant vos soins.

Nos soins de santé figurent parmi les meilleurs d’Europe. Toutefois, il arrive parfois que les choses tournent mal. Trop souvent, dans ce cas, les patients ne savent pas à qui s’adresser. Nous souhaitons créer un seul point de contact rassemblant toutes les plaintes en matière de soins.

  1. Renforcer la prévention en facilitant le choix de l’option saine.

De nombreux facteurs déterminant notre santé sont hors de notre contrôle. S’il y a pourtant une chose que nous pouvons changer, c’est bien notre comportement. Changer nos habitudes permet déjà d’éviter pas mal de problèmes. Nous voulons aider les citoyens à faire le bon choix en facilitant le choix de l’option saine.

  1. Investir dans une meilleure qualité de vie pour les personnes âgées.

D’ici 2030, un Belge sur cinq aura atteint l’âge de 67 ans ou plus. Celles et ceux qui sont montés sur les barricades dans les années ‘60 et ‘70 réclament aujourd’hui leur droit à l’autodétermination. C’est pourquoi, à côté des soins proprement dits, nous porterons une attention particulière à la qualité de vie, tant pour les personnes âgées que pour leur entourage.

Voici les douze mesures concrètes et réalisables qui feront la différence, ces cinq prochaines années. « Nous plaçons la barre très haut, mais notre pays a tous les atouts en main pour continuer à se positionner dans le haut du classement en termes de soins de santé et de protection sociale. Aujourd’hui comme demain », conclut Maggie De Block.