Feu vert au financement des accords sociaux concernant les soins de santé au fédéral

Geplaatst op 17 juillet, 2015 om 15:12

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, réserve plus de 106 millions d’euros du budget de l’INAMI pour financer une partie des mesures des accords sociaux concernant les soins de santé pour l’année civile 2015.

Cette somme est investie dans le plan d’attractivité pour la profession d’infirmière (88,4 millions), dans le projet de parrainage dans les hôpitaux (7,9 millions) et dans le congé complémentaire pour les membres du personnel qui ne bénéficient pas de mesures d’aménagement de fin de carrière (10,3 millions).

Le conseil des ministres a approuvé aujourd’hui les projets d’arrêtés royaux à cet effet.

Maggie De Block : « La poursuite de ces accords sociaux est importante pour l’emploi dans nos soins de santé. Nous avons besoinde nombreuses mainsdans lesecteur des soins, surtout face au vieillissement de la populationetaunombre croissant demalades chroniques. Ces mesures nous permettent de favoriser la création d’emplois.  Ces dernières offrent en outre de meilleures conditions de travail aux travailleurs du secteur des soins. Nous devons prendre soin de ces personnes afin de ne pas les perdre ».

Pour le financement des accords sociaux de 2000, 2005, 2010, 2011 et 2012, 88,4 millions d’euros ont été prévus dans le budget de l’INAMI pendant la confection du budget pour 2015. Ces moyens sont destinés aux mesures concernant l’emploi dans les services publics et privés de soins à domicile, les centres de santé de quartier, publics comme privés, et la Croix-Rouge. Il s’agit notamment de primesd’attractivitépour le personnel infirmieret du financementdes prestationsinconfortables du soir.

Parrainage et congé complémentaire

Par ailleurs, 18,2 millions d’euros sont réservés dans le budget de l’INAMI pour la mise en œuvre de deux mesures spécifiques des accords sociaux de 2005 : le projet de parrainage dans les hôpitaux et la mesure qui permet le congé complémentaire pour les membres du personnel de 50 ans et plus qui ne bénéficient pas de mesures d’aménagement de fin de carrière.

Dans le cadre de ce projet de parrainage, les hôpitaux privés et publics désignent des collaborateurs expérimentés pour offrir une formation de base sur le lieu de travail aux jeunes travailleurs. Ce genre de parrainage demande toutefois du temps que les collaborateurs expérimentés ne peuvent pas consacrer aux tâches quotidiennes. Mais grâce à l’argent qui est investi dans ce projet, l’hôpital peut engager de nouveaux collaborateurs en compensation.

Au total, 7,9 millions d’euros ont été dégagés pour le financement de ce projet pour l’année 2015.        …

Maggie De Block : « Ce projet illustre bien comment nous pouvons tirer le meilleur profit sur le lieu de travail des connaissances et de l’expérience des travailleurs plus âgés. Tout le monde est gagnant : le travailleur âgé qui peut tirer une satisfaction de son rôle de mentor, le jeune collaborateur qui apprend beaucoup de choses qu’il ne peut pas apprendre sur les bancs d’école, l’employeur qui a la possibilité d’adapter l’affectation de son personnel et – last but not least –le patient, car cette transmission de connaissances et d’expérience peut favoriser la qualité des soins fournis. »

Enfin, 10,3 millions d’euros ont été inscrits au budget 2015 de l’INAMI pour le financement de la mesure du congé complémentaire. Étant donné que tous les collaborateurs de 50 ans et plus ne peuvent pas bénéficier des mesures d’aménagement de fin de carrière, le gouvernement fédéral réserve des moyens pour des emplois supplémentaires. De cette manière, les employeurs peuvent octroyer des jours de congé supplémentaires aux travailleurs de 50 ans et plus qui ne sont pas concernés par un régime de fin de carrière et, simultanément, recruter pour les remplacer.