Feu vert pour les quotas de médecins pour l’année 2022

Geplaatst op 15 septembre, 2016 om 08:10

Le gouvernement donne le feu vert en première lecture à un arrêté royal sur les quotas fixant le nombre de médecins dont notre pays aura besoin en 2022. Maggie De Block : « Nous suivons la Commission de planification, qui stipule que 1.320 médecins peuvent être diplômés en 2022 en Belgique. Je suis particulièrement heureuse que nous ayons enfin pu franchir cette étape. Une bonne planification, suffisamment de médecins pour nos patients, constituent une garantie de qualité des soins. Car une bonne planification signifie une bonne formation avec des places de stages suffisantes permettant à nos médecins de pouvoir donner les meilleurs soins possibles à leurs patients. »

La répartition des 1.320 médecins entre la Communauté flamande et la Communauté française proposée par la Commission de planification est légèrement adaptée. 792 médecins sont prévus pour la Flandre pour 2022 et 528 pour la Wallonie (contre 492 l’an dernier). En Flandre, ce chiffre est légèrement supérieur à celui proposé par la Commission de planification car la Commission elle-même a indiqué que certaines pénuries menaçaient. La légère augmentation permet d’éviter d’être confronté à un manque de médecins.

Le nombre de médecins en Wallonie tient compte du fait qu’un nombre excédentaire de médecins ont été et seront diplômés dans les années à venir.

Large concertation

Depuis le début de la législature, la ministre De Block s’est efforcée de trouver une solution pour ce dossier, qui remonte à des années. Une large concertation a été menée avec toutes les autorités ainsi qu’avec les services fédéraux et ceux des entités fédérés. Des discussions ont eu lieu avec les ministres régionaux de l’Action sociale et de l’Enseignement supérieur, les doyens des facultés de médecine, les représentants des étudiants et les syndicats de médecins, les administrations concernées, les représentants de la Commission de planification ainsi qu’avec d’autres experts.

L’objectif était de trouver une solution durable pour réduire le nombre d’étudiants en médecine, conformément au quota.

La ministre De Block veut sortir de l’impasse en ce qui concerne le dossier des étudiants en médecine francophones qui sont menacés de ne pas recevoir d’attestation de contingentement, vu que le quota pour la Communauté française n’a pas été respecté dans le passé.

L’arrêté royal reprenant la proposition de quota pour 2022 va être soumis au Conseil d’État pour ensuite revenir sur la table du Conseil des ministres pour une deuxième lecture.

La ministre De Block entamera également une concertation avec les ministres de l’Action sociale et, le cas échéant, de l’Enseignement. Le gouvernement demande à la Communauté française d’approuver, avant la deuxième lecture de l’arrêté royal sur les quotas, un décret instaurant un examen d’entrée avant le début de la première année de médecine.