Hépatite C : médicaments bientôt remboursés pour tous les patients

Geplaatst op 30 novembre, 2018 om 04:12

À partir du 1er janvier 2019, tous les patients atteints d’hépatite C bénéficieront du remboursement de ces médicaments, même à un stade précoce de la maladie. Maggie De Block (Open Vld), ministre de la Santé publique, se réjouit de l’élargissement du remboursement : « Cela permettra d’améliorer la qualité de vie de nombreux patients ».

Depuis janvier 2015, les médicaments contre l’hépatite C ne sont remboursés que pour les patients souffrant d’un stade avancé de la maladie. « En luttant plus tôt contre le virus, on peut éviter que la maladie ne devienne chronique et que les patients ne soient atteints de lésions permanentes du foie », explique Maggie De Block. « Pour cela, un diagnostic rapide est fondamental : au plus vite on constate la maladie, au plus vite on peut la traiter et meilleures sont les chances de guérir. Se faire dépister à temps est donc primordial. »

1000 patients en plus

Aujourd’hui, 1.100 patients bénéficient déjà du remboursement des médicaments contre l’hépatite C. Grâce à l’élargissement du remboursement à la phase initiale de la maladie, 1.000 bénéficiaires viendront s’ajouter à ce nombre en 2019, selon les estimations de l’INAMI. Le traitement dure en général environ trois mois. Un premier test sanguin est effectué pour contrôler l’absence du virus mois après la fin du traitement antiviral. Un test définitif devra confirmer que le virus n’est plus détectable douze mois après le traitement.

Le Pr. Yves Horsmans, hépatologue aux cliniques Saint-Luc, est très satisfait de cette mesure : « L’hépatite C chronique peut être traitée à condition de commencer le traitement dès le diagnostic. Dans le cas contraire, la maladie devient chronique chez trois patients sur quatre. Dans certains cas, elle se complique même et cause des dommages irréversibles au foie. Au plus vite le traitement commence, au mieux c’est pour la santé du patient. »

Porteur sans le savoir

L’hépatite C est une maladie infectieuse qui attaque principalement le foie. Les plaintes ne se manifestent que progressivement. Beaucoup de patients sont porteurs sans le savoir. Il y a aujourd’hui près de 70.000 Belges porteurs du virus. Seule la moitié environ en est consciente.

15 à 25 % des personnes infectées par le virus guérissent de manière spontanée, sans traitement. Chez les autres patients, la maladie devient chronique et peut causer, à terme, des lésions du foie. Les patients chroniques peuvent aussi se débarrasser complètement du virus avec un traitement adéquat. Si ce traitement est administré trop tard, des lésions irréversibles peut déjà être présentes au niveau du foie. Il est donc fondamental de se faire dépister à temps en cas de doute ou de prise de risque.

Le virus se transmet essentiellement par du sang ou des produits sanguins infectés. Cela peut être le cas lors d’une injection de drogues par voie intraveineuse, d’une transfusion de sang non contrôlé ou de rapports sexuels non protégés.

À partir du 1er janvier 2019

Aujourd’hui, le 30 novembre 2018, l’INAMI et les producteurs de médicaments ont signé un accord autorisant le remboursement pour tous les patients. Le remboursement élargi entrera en vigueur dès le 1er janvier 2019. Maggie De Block rappelle : « Le but de cet élargissement est clair : nous voulons que tous les patients atteints d’hépatite C puissent guérir. Ce n’est possible que s’ils reçoivent un traitement dès le diagnostic ».