Investissements dans la recherche et le développement de nouveaux traitements pour le patient

Geplaatst op 20 avril, 2016 om 05:36

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, se réjouit que le Pacte d’Avenir conclu le 27 juillet 2015 avec l’industrie pharmaceutique au profit du patient porte ses fruits. En 2015, le secteur pharmaceutique a ainsi investi près de 2,6 milliards (+5,5%) dans la recherche et le développement de nouveaux traitements. D’importants investissements en termes d’innovation viennent également d’être annoncés par Sanofi et Johnson & Johnson, tous deux actifs dans la recherche en matière de santé.

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique : « Je tiens à saluer l’investissement réalisé par Sanofi dans notre pays, ainsi que l’initiative de Johnson & Johnson. Investir dans l’innovation est primordial pour que la Belgique conserve sa place de leader européen en matière d’essais cliniques et puisse ainsi continuer à investir dans le développement de nouveaux médicaments pour nos patients. »

Sanofi, l’un des leaders mondiaux de la santé,a annoncé le 19 avril sa décision d’investir 300 millions d’euros en Belgique. L’agrandissement de son site en Belgique permettra de mettre davantage de médicaments à disposition des patients belges et souligne la confiance que porte Sanofi à l’environnement pharmaceutique belge.

Johnson & Johnson lance quant à lui un nouveau modèle d’incubateur d’entrepriseen collaboration avec Janssen Pharmaceutica: JLINX.  Ce dernier vise à identifier et à encourager des sociétés actives dans la recherche qui se trouvent à un stade précoce de leur développement. Cette nouvelle initiative favorisera l’évolution de nouveaux modèles de collaboration scientifique dans le secteur des soins de santé et apportera de meilleures solutions de santé aux patients.

Pacte d’avenir
L’objectif principal du Pacte d’avenir est que les patients disposent d’un accès plus rapide et de meilleur qualité aux thérapies innovantes  et paient moins pour leurs médicaments ( économie de 60 millions d’euros). Le pacte veille aussi à ce que l’industrie reçoive une bouffée d’oxygène et puisse travailler dans un cadre budgétaire stable, prévisible et solide afin de mieux planifier sa recherche et son développement. Le gouvernement accorde également à l’industrie une réduction d’impôt de 13% sur son chiffre d’affaires, qui lui permettra de continuer à investir dans la recherche.