Kilométrage illimité pour les volontaires qui conduisent une personne moins mobile

Featured Video Play Icon
Geplaatst op 15 février, 2019 om 09:32

Des milliers de citoyens ne sont pas en mesure de prendre les transports en commun dans notre pays. À cause de leur âge, d’une maladie ou d’un handicap, ces personnes font appel à des volontaires. Grâce à une décision de Maggie De Block (Open Vld), les volontaires bénéficieront d’un kilométrage illimité pour transporter ces personnes. Les personnes moins mobiles pourront ainsi prendre part plus souvent à la vie sociale plutôt que de rester isolés chez eux.

Les volontaires qui utilisent leur vélo ou leur véhicule privé pour aider d’autres citoyens peuvent bénéficier d’un défraiement pour leurs frais de transport. Souvent, les citoyens qui ont besoin d’aide disposent d’un revenu limité. C’est pourquoi ils doivent faire appel à des volontaires.

« Nos volontaires font des courses avec ces personnes fragilisées, ils les emmènent chez le coiffeur, chez le médecin ou à un club de seniors pour jouer de cartes », explique Dirk Billiet, coordinateur de la Centrale des Moins Mobiles (CMM) de Gand.

« Le plafond légal était auparavant fixé à 2.000 kilomètres lorsque le volontaire bénéficiait aussi d’un défraiement forfaitaire. Ce forfait permet par exemple au volontaire de boire un café le temps de l’examen médical », dit la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block.

Le groupe des volontaires sur lequel peut compter une organisation comme la Centrale des Moins Mobiles de Gand est composé de personnes retraitées qui ont beaucoup de temps de libre à y consacrer. Jusqu’ici, les volontaires ne pouvaient aider que de façon limitée. « Pour chaque trajet, nos volontaires reçoivent un défraiement de 0,35 euros le kilomètre, et ce, du départ au retour au domicile. Un tel trajet peut faire pas mal de kilomètres et peut même arriver jusqu’à 80 km », ajoute Dirk Billiet.

Une aide précieuse pour la société

Lorsque le travail volontaire consiste à transporter des personnes, le kilométrage n’est plus limité. « Nous voulons mieux soutenir les volontaires qui souhaitent transporter des personnes malades ou des enfants d’un club sportif », dit Maggie De Block (Open Vld). « L’engagement de ces volontaires est pour beaucoup de gens d’une très grande importance et leur aide est précieuse pour notre société. Nous voulons vraiment les encourager. C’est pourquoi nous avons décidé de supprimer la limite des 2.000 kilomètres. »

Renforcement du statut

La nouvelle loi sur le volontariat, votée unanimement hier soir en séance plénière de la Chambre, éclaircit et renforce le statut de près d’1,2 millions de volontaires. Il s’agit de volontaires qui ne perçoivent un défraiement que pour rembourser leurs frais. Ces personnes se mobilisent pour des associations proposant des activités socioculturelles, des activités sportives ou destinées à la jeunesse, des services sociaux ou encore dans le secteur des soins.

Maggie De Block : « Nos volontaires sont le ciment de notre société. Ils rassemblent tous les citoyens de notre société. Ils méritent d’avoir un statut clair. »