Kinésithérapeutes : appel pour garantir individuellement la sécurité tarifaire au patient

Geplaatst op 27 février, 2017 om 12:29

Le mois prochain, tous les kinésithérapeutes de notre pays recevront un courrier de l’INAMI les invitant à se conventionner individuellement. Le Comité de l’assurance de l’INAMI a approuvé aujourd’hui le texte de la convention. En signant la convention, les kinésithérapeutes offrent une sécurité tarifaire à leurs patients et ils bénéficient eux-mêmes du statut social. Entre-temps, la concertation avec les médecins (généralistes et spécialistes) a également été relancée en vue d’un nouvel accord.

La convention des kinésithérapeutes prévoit, entre autres, un supplément d’1,01 euro pour les visites à domicile, une augmentation de 25 % de la rétribution pour la première séance, une prime de qualité de 2.000 euros ainsi que l’introduction d’une deuxième séance remboursable pour les patients aux soins intensifs et les patients de plus de 21 ans atteints d’infirmité motrice cérébrale. La convention individuelle prend cours jusqu’au 31 décembre 2017. Les kinésithérapeutes ont un mois suivant la réception du texte de la convention pour indiquer s’ils souhaitent y adhérer ou non. Ceux qui étaient déjà conventionnés l’année dernière et qui souhaitent le rester ne doivent rien faire.

Dans le cadre de la convention individuelle, il a également été décidé d’élaborer, encore cette année, une vision à long terme pour l’ensemble du secteur. Un groupe de travail composé de toutes les parties concernées formulera des propositions à ce sujet, et ce, d’ici l’automne de cette année.

Médecins

Vendredi soir, le 24 février, la Commission nationale médico-mutualiste s’est à nouveau réunie. La ministre De Block était également présente. La réunion s’est déroulée dans un esprit constructif et toutes les parties ont convenu de relancer la concertation. L’objectif est de conclure d’ici fin mars une convention tarifaire prenant cours jusqu’au 31 décembre 2017. En attendant, les syndicats médicaux appellent leurs membres à respecter les tarifs actuels, et ce, dans l’intérêt du patient.