Le Fonds des maladies professionnelles et le Fonds des accidents du travail fusionnent : les autorités font plus avec moins

Geplaatst op 12 juin, 2015 om 02:52

Dans le cadre de la rationalisation et, en même temps, de l’affectation efficace des services publics, le Fonds des maladies professionnelles et le Fonds des accidents du travail vont fusionner pour former un nouveau service unique. Maggie De Block, ministre des Affaires sociales, a reçu aujourd’hui l’accord de principe du conseil des ministres sur cette fusion.

Maggie De Block : « Les deux fonds relèvent de la même législation et ont une même tâche essentielle : les risques professionnels, c’est-à-dire les risques auxquels les travailleurs sont exposés dans leur travail. La fusion créera un plus grand service, plus fort, mais aussi un point de contact unique pour le citoyen. C’est un bel exemple de bonne pratique dans le cadre du remaniement de l’administration fédérale où nous fusionnons les tâches fondamentales et utilisons les ressources de manière rationnelle, tout en faisant plus avec moins. »

Au début de cette législature, les Affaires sociales et la Santé publique ont lancé des études pour savoir quelles administrations  pourraient fusionner dans le cadre du remaniement de la fonction publique.

Le Fonds des maladies professionnelles et le Fonds des accidents du travail ont eux-mêmes proposé leur fusion. Outre une plus grande capacité d’action, le nouveau service aura également une plus grande visibilité auprès de la population et au sein de la sécurité sociale.

Le service gagnera en efficacité, par exemple, pour réaliser des projets de prévention et l’activation socioprofessionnelle. De plus, le gain de taille implique que les collaborateurs auront davantage de possibilités d’évolution dans leur parcours, ce qui fera du service un employeur plus attractif.

Des économies uniquement sur les frais de fonctionnement

Par ailleurs, les autorités réaliseront également des économies à long terme. Le nouveau service s’installera dans un seul bâtiment au lieu de deux, par exemple.

Maggie De Block : « Nous n’économisons évidemment que sur les frais de fonctionnement et pas sur les allocations aux personnes. Nous ne touchons pas aux allocations. »                                                              …

En 2014, les frais de fonctionnement du Fonds des maladies professionnelles et du Fonds des accidents du travail se montaient respectivement à 27,9 et 22,9 millions d’euros.

Tout le personnel sera conservé lors de la fusion, il n’y aura pas de licenciements. Les deux fonds comptent chacun près de 300 collaborateurs, ce qui fait que le nouveau service commencera avec 589 femmes et hommes. La réduction de personnel sera réalisée par les départs naturels.

Le groupe de travail qui vient d’être créé va mettre au point toutes les modalités pratiques de la fusion, y compris le nom du nouveau service qui sera opérationnel d’ici 2017 au plus tôt.