Le médecin généraliste peut également lancer un trajet de réintégration en accord avec le patient

Geplaatst op 26 mai, 2017 om 02:20

À partir du 20 juin 2017, les médecins généralistes peuvent également lancer un trajet de réintégration pour le patient. Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique: « Le médecin généraliste est le plus proche du patient et il est souvent le plus capable à déterminer, avec ce patient, si un malade de longue durée est capable de reprendre le travail pourvu que les conditions de travail soient adaptées. »

En concertation avec l’INAMI et la plate-forme eHealth, la Cellule stratégique de la ministre De Block a finalisé un outil digital « dossier de réintégration » pour les médecins généralistes.

Outre le conseiller en prévention et le médecin-conseil, le médecin généraliste est le troisième prestataire de soins qui peut lancer un trajet de réintégration. Naturellement, le travailleur salarié peut aussi prendre l’initiative.

Le lancement d’un trajet de réintégration se déroule généralement comme suit: si un employé est malade pendant plus d’un mois, il ou elle se présente à sa mutualité. Dans un délai de trois mois à partir du premier jour de maladie, le médecin-conseil notifie au service de prévention de l’entreprise lorsqu’il est d’avis que le malade de longue durée est encore capable de reprendre le travail.

Un trajet pareil est lancé en concertation avec le patient. Bien entendu, les malades de longue durée souffrants qui n’ont plus suffisamment de capacités ne sont pas concernés.

Le nouvel outil pour les médecins généralistes s’appelle « dossier de réintégration ». Il est disponible via eForms, un gabarit qui fait partie des logiciels courants des médecins généralistes.

Lorsqu’un médecin généraliste conclut, en concertation avec le patient, que ce patient est éligible pour un trajet de réintégration, le médecin généraliste doit simplement ouvrir le nouvel onglet « dossier de réintégration » dans eForms et lancer un trajet de réintégration.

L’outil identifie de manière précise les médecins collègues qui s’occupent du patient, alors que par le passé, le médecin généraliste devait identifier lui-même ses collègues.

Le médecin généraliste peut immédiatement indiquer quelles possibilités il ou elle voit et quels facteurs il faut prendre en considération au sujet du patient. Il ou elle peut éventuellement faire une proposition. Le médecin peut aussi joindre quelques éléments médicaux confidentiels et verrouillés, qui ne peuvent pas être ouverts que par un médecin collègue qui est également soumis à l’obligation du secret médical.

Dans eForms, quelques cases seront complétées automatiquement sur base du numéro d’identification de la sécurité sociale (NISS), afin que le médecin ne doive que remplir quelques informations. Une fois que le formulaire électronique est complété par le médecin généraliste, l’information sur la mutualité et le service de prévention de l’entreprise du patient apparaîtra, également sur base du NISS.

Le message sera crypté et sécurisé et ensuite envoyé par l’eHealthBox aux médecins collègues concernés; au médecin-conseil et au médecin du travail autorisé.

L’eHealthBox est une boîte aux lettres électronique que les prestataires de soins utilisent pour échanger de manière sécurisée des données confidentielles entre collègues.