Le nombre de donneurs d’organes continue à augmenter dans notre pays, la Belgique bien classée au niveau international

Geplaatst op 19 janvier, 2018 om 02:45

Le nombre de Belges qui ont donné au moins un organe l’an dernier après leur décès s’élevait à 348. C’est 8,4 % de plus qu’en 2016. 99 de nos compatriotes ont en outre donné un organe de leur vivant. Le nombre de transplantations dans notre pays s’élevait en 2017 à 1.051, contre 1.016 en 2016. Avec ces chiffres, la Belgique fait partie des meilleurs élèves d’Eurotransplant, le réseau qui regroupe huit pays européens coopérant dans le domaine du don et de la transplantation d’organes.

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique: « Notre pays obtient de très bons résultats en matière de don d’organes au niveau international, et nous pouvons en être fiers. Grâce aux donneurs, jusqu’à huit personnes peuvent recevoir un nouvel avenir. Le fait que le nombre de donneurs d’organes évolue d’année en année dans notre pays est donc positif. Cela est notamment dû à notre législation progressiste et aux différentes campagnes de sensibilisation »
Grâce à la législation belge sur l’opting-out, tout le monde est considéré comme donneur d’organes potentiel après son décès, sauf les personnes qui s’y sont opposés explicitement de leur vivant. En pratique, cependant, les médecins ne prélèvent jamais un organe sur une personne décédée de cette manière. Si cette dernière n’a pas enregistré sa volonté quelque part, le médecin contactera ses proches, mais ils ne sont pas toujours au courant des souhaits du défunt.

Don d’organes

  • Après le décès: En 2017, le nombre de Belges qui ont donné au moins un organe après leur décès était de 348, contre 321 en 2016. Avec 30,6 donneurs d’organes par million d’habitants, la Belgique se classe au deuxième rang des pays du réseau Eurotransplant, derrière la Croatie (31,8 par million).
  • De son vivant: notre pays comptait l’an dernier 99 donneurs vivants, contre 113 en 2016. Avec 8,7 donneurs vivants par million d’habitants, notre pays est celui qui compte le plus grand nombre de donneurs vivants par habitant du réseau Eurotransplant, après les Pays-Bas (32,8 donneurs vivants par million). Le don d’organes de son vivant n’est possible que si certaines conditions médicales, pratiques et légales sont remplies. Le nombre de donneurs vivants peut donc varier considérablement d’une année à l’autre.

    La ministre De Block a décidé au cours de cette législature de supprimer les frais médicaux pour les personnes qui donnent un organe de leur vivant, par respect pour le geste exceptionnel qu’elles accomplissent. L’arrêté royal doit encore être publié, mais l’exonération des frais médicaux entrera en vigueur rétroactivement au 1er août 2017. 

Maggie De Block: « C’est pourquoi il est utile d’enregistrer votre volonté à la maison communale. Il n’y a ainsi aucun doute possible. »

Transplantations

L’année dernière, 1.041 transplantations au total ont eu lieu dans notre pays, dont 942 avec des organes provenant de donneurs décédés et 99 avec des organes provenant de donneurs vivants. La Belgique se trouve en tête des huit pays d’Eurotransplant en ce qui concerne le nombre de transplantations par habitant. En 2016,1.016 transplantations ont eu lieu en Belgique, dont 903 via des donneurs décédés et 113 via des donneurs vivants. Lors d’une transplantation, il arrive parfois que plus d’un organe soit utilisé.Avec un total de 91,6 transplantations par million d’habitants, la Belgique compte le plus grand nombre de transplantations par habitant d’Eurotransplant. 82,9 de ces transplantations sont effectuées avec des organes provenant de donneurs décédés et 8,7 avec des donneurs vivants. Le deuxième pays de la liste est l’Autriche, avec 86,6 transplantations par million d’habitants, dont 78,5 via les donneurs décédés et 8,1 via les donneurs vivants.1.292 Belges se trouvent actuellement sur la liste d’attente pour un organe.

Sensibilisation

Tous les citoyens de notre pays sont des donneurs d’organes potentiels après leur décès. A côté de cela, le nombre de personnes qui s’inscrivent explicitement en tant que donneurs d’organes à la maison médicale augmente d’année en année. En 2017,272.246 de nos compatriotes s’étaient inscrits comme donneurs, contre 244.767 en 2016. A titre de comparaison: 10 ans plus tôt, en 2007, notre pays comptait 74.331 donneurs d’organes enregistrés. Le nombre de personnes qui s’inscrivent comme non-donneurs reste plus ou moins stable depuis de nombreuses années. Il s’agissait l’an dernier de 193.149 personnes, contre 190.678 en 2016 et 191.668 en 2007.Le SPF Santé publique organise régulièrement des campagnes de sensibilisation sur le don d’organes sous le nom de Beldonor.be. Différentes personnes et organisations sur le terrain s’investissent en outre quotidiennement dans la sensibilisation à l’importance du don d’organes. Les centres de transplantation et diverses associations de patients transplantés y travaillent ensemble.