Le remboursement des soins psychologiques pour les adultes est une première étape vers un remboursement étendu

Geplaatst op 17 juillet, 2018 om 12:00

Le remboursement des soins psychologiques de première ligne commencera fin de cette année, début de l’année prochaine. Le budget étant limité, il a été décidé de réserver le remboursement en premier lieu aux adultes âgés de 18 à 64 ans. Chaque année, quelque 120 000 adultes atteints de troubles mentaux courants pourront compter sur le remboursement de huit consultations maximum avec un psychologue ou orthopédiste clinicien reconnu.
Maggie De Block, ministre de la Santé publique : « Je suis très heureuse que nous puissions rendre l’aide psychologique plus accessible aux citoyens. Avec le budget disponible aujourd’hui, nous pouvons déjà faire une différence pour environ 120.000 personnes. Dans les années à venir, le gouvernement devra mettre à disposition un budget supplémentaire afin que nous puissions rembourser tous les Belges qui ont besoin de soins psychologiques.
Adultes
Le gouvernement alloue 22,5 millions d’euros par an pour le remboursement des soins psychologiques de première ligne. Cette décision est historique ; c’est la première fois que le gouvernement met à disposition un budget pour le remboursement des soins psychologiques. Le budget actuel est insuffisant pour organiser le remboursement pour chaque citoyen qui en a besoin, mais en se concentrant sur les adultes âgés de 18 à 64 ans, la ministre De Block veut faire la différence pour ce groupe.
Ministre De Block : « Enfants, jeunes, adultes, personnes de plus de 65 ans : tout le monde a droit à des soins psychologiques accessibles et à bas prix. Si nous voulions organiser le remboursement immédiat pour tous ces groupes, nous aurions moins d’une séance par patient avec le budget actuel. Ce n’est pas suffisant pour faire une différence. Nous avons donc choisi de calculer d’abord le remboursement pour les adultes atteints d’un  » trouble mental courant « . L’offre de soins pour ce groupe a été bien développée ces dernières années, ce qui signifie que nous pouvons les aider à court terme. La prochaine étape consiste à trouver des ressources supplémentaires pour étendre le remboursement aux personnes âgées, aux enfants et aux jeunes.
Première étape
Dans l’intervalle, il appartient à toutes les parties concernées d’élargir et d’organiser l’offre de soins pour ces groupes. Cette législature se concentre sur les soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents. En 2015, la ministre De Block et les ministres de la Santé publique des entités fédérées ont présenté leur vision politique commune sur l’organisation des soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents. Par rapport au début de cette législature, la ministre De Block investit près de 30 millions supplémentaires par an pour renforcer ce secteur.
L’offre pour les personnes âgées de 65 ans et plus, qui ont souvent des besoins spécifiques, mérite également une attention particulière. Il appartient aux différentes autorités et aux secteurs des soins aux personnes âgées et de la santé mentale de développer et d’organiser l’offre, afin que le remboursement des soins psychologiques de première ligne puisse également être étendu à ce groupe si des budgets supplémentaires sont mis à disposition. Plus tôt cette année, à la demande du ministre De Block, le Centre fédéral d’expertise a présenté une étude qui peut appuyer le développement des soins de santé mentale pour les personnes âgées.