Les patients ayant une forme héréditaire d’hémochromatose peuvent maintenant donner du sang

Geplaatst op 22 mai, 2018 om 00:00

L’hémochromatose est une maladie héréditaire due à l’absorption excessive du fer par le corps. A partir du 22 mai 2018, dans certaines conditions, ces patients pourront donner du sang. « Cela pourrait permettre à la Croix-Rouge de recevoir environ 6 000 poches de sang supplémentaires par an », a déclaré la ministre de la Santé publique, Maggie De Block.

Actuellement, environ 1500 patients en Belgique subissent régulièrement une « phlébotomie thérapeutique» parce qu’ils souffrent de cette maladie. Grâce à ce qu’on appelle parfois les saignées, la teneur en fer de leurs organes et de leur sang est normalisée.

A partir du 22 mai, ces patients pourront donner leur sang sous certaines conditions : ils doivent être en phase d’entretien de leur traitement et ne doivent pas avoir subi de dommages irréversibles aux organes ; par ailleurs, lors de leur premier don (et ensuite chaque année), ils devront apporter une attestation de leur médecin stipulant que leur patient répond aux conditions reprises dans la Loi.

Sang volontaire et sécurisé

Le sang prélevé lors des « saignées » devait jusqu’ici être détruit : « chaque année, plusieurs milliers de poches », explique la ministre De Block. Les patients atteints d’hémochromatose étaient par ailleurs exclus du don de sang parce que les personnes atteintes d’un tel trouble métabolique n’étaient pas autorisées à donner du sang.

Cela change maintenant. Les patients atteints d’hémochromatose peuvent désormais choisir de réaliser ces saignées dans le cadre d’un traitement hospitalier ou de donner ce sang à la Croix-Rouge de Belgique. De cette manière, le caractère volontaire du don – qui est une obligation légale – reste garanti.

La sécurité du sang n’est pas non plus compromise. « Il n’y a aucune preuve scientifique que ce type de don de sang comporterait un risque accru pour la sécurité », a déclaré la Ministre De Block. Une étude systématique menée par le Centrum voor Evidence-Based Practice a montré que le sang des patients atteint d’hémochromatose dont la teneur en fer est normalisée est sûr.

Dans d’autres pays comme la France, la Norvège, le Royaume-Uni, l’Irlande, les Etats-Unis, l’Australie, la Suède (Uppsala), l’Afrique du Sud, l’Autriche, la République tchèque, Israël, l’Italie, l’Allemagne, Malte, la Suisse, la Finlande, le Canada, les Pays-Bas où le don est déjà autorisé, rien ne montre un risque accru.

La Croix-Rouge est heureuse de cette décision

Le Directeur Général du Service du Sang, le Docteur Ivan de Bouyalsky est satisfait de la décision :

« 6000 poches par année ne fait pas une énorme différence, mais nous cherchons constamment de nouveaux donneurs et dans ce cas-ci, des personnes qui doivent faire des dons réguliers pour se soigner pourront donner. Nous sommes satisfaits de pouvoir maintenant utiliser efficacement les poches pour des patients qui en ont besoin. »