Les patients cancéreux ont besoin de soins intégrés

Geplaatst op 03 février, 2015 om 03:46

“Un défi important pour nos soins de santé est l’élaboration d’une approche efficace des malades chroniques, parmi lesquels les patients cancéreux”, déclare Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique à l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer le 4 février.

Pour cette raison, la ministre De Block veut intégrer le Plan Cancer, lancé en 2008, dans un plan plus vaste pour les soins intégrés et chroniques. Les soins intégrés mettent l’accent sur tous les aspects des soins: le statut des aidants proches, les soins autonomes et l’autogestionpar les patients, la coopération entre les prestataires de soins de différents domaines pour que les soins au patient soient abordés par tous les angles d’approche d’une manière coordonnée, etc.

Dans la lutte contre le cancer, le Centre du Cancer de l’Institut Scientifique de Santé Publique (ISP) va se concentrer en 2015 sur l’émergence de la médicine personnalisée et les immunothérapies pour les patients cancéreux et sur la réinsertion socioprofessionnelle des patients guéris. La ministre De Block: “Nous devons par exemple examiner comment nous pouvons garantir que les patients cancéreux peuvent reprendre leurs activités professionnelles lorsqu’ils sont guéris”. 

Innovation

Un autre grand défi pour les années à venir est l’investissement dans l’innovation. Maggie De Block: “Les chances de survie des patients cancéreux, par exemple, ont augmentées sensiblement. C’est clairement une conséquence d’une prévention et de thérapie améliorées. C’est pourquoi je soutiens pleinement les efforts fournis par mes collègues compétents des entités fédérées dans la domaine de la prévention. Et je souligne que nous devons continuer à investir dans des nouvelles thérapies et de nouveaux médicaments afin d’augmenter les chances de survie et la qualité de vie des patients cancéreux.”

Si nous comparons la période 1999-2003 avec la période 2004-2008, la probabilité de survivre pour les femmes a augmenté de 65 à 68% et pour les hommes de 55 à 61%.