Les victimes des attentats sont soignées sur 50 sites hospitaliers

Geplaatst op 24 mars, 2016 om 17:13

Jeudi après-midi, 121 victimes qui ont été blessées dans les attentats du 22 mars 2016 à Brussels Airport à Zaventem et dans la station de métro Maelbeek à Bruxelles se trouvaient toujours à l’hôpital. 63 d’entre elles sont aux soins intensifs. Les victimes ont entre-temps été réparties sur 48 sites hospitaliers belges et sur deux sites hospitaliers français.

Maggie De Block, ministre de la Santé publique: «Les victimes et les familles ont souvent encore un long chemin à parcourir, mais elles sont dans les meilleures mains possibles. Je n’insisterai jamais assez: nos équipes médicales ont fait un travail merveilleux. Je les remercie pour leur dévouement et leur grande expertise ».

Sur les 121 victimes qui sont encore hospitalisées, 119 personnes reçoivent des soins dans des hôpitaux en Belgique et deux personnes sont soignées en France. Les 63 victimes qui se trouvent aux soins intensifs ont souvent de graves brûlures et ont été blessées par la pénétration de fragments métalliques.
Le 22 mars, 316 victimes au total ont été admises dans 25 hôpitaux universitaires et régionaux belges et dans des centres pour brûlés.
Après l’administration des premiers soins, les victimes ont été réparties dans des hôpitaux régionaux et centres de brûlés supplémentaires. Presqu’un site hospitalier belge sur cinq (48 sur 217) a accueilli des victimes des attentats.
Deux patients brûlés français ont été transportés dans un centre de brûlés français.

Parmi les quatre patients qui se trouvaient encore dans le coma et dont l’identité n’était pas connue, deux d’entre eux ont été identifiés dans l’intervalle. L’identification est entre les mains de la « Disaster Victim Identificationteam » de la police fédérale.

Les services de secours ont enregistré mardi 2.449 personnes, dont 316 blessés, qui ont été impliqués dans les attaques. Il s’agit de personnes qui ont séjourné ou qui se trouvent toujours dans un hôpital ou un centre d’accueil. Les centres d’accueil pour les passagers étrangers qui attendaient une possibilité pour rentrer chez eux, sont maintenant presque tous vides, grâce aux efforts déployés par les différentes compagnies aériennes.