L’Irlande rejoint la collaboration BeneluxA

Geplaatst op 22 juin, 2018 om 00:00

L’Irlande s’associe à l’initiative BeneluxA en matière de médicaments orphelins. Elle rejoint ainsi la Belgique, les Pays-Bas, le Grand-Duché de Luxembourg et l’Autriche dans les négociations avec les entreprises pharmaceutiques. Les cinq pays échangeront également des informations et collaboreront dans le domaine de l’innovation.
Maggie De De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique : « Il y a quatre ans, chaque pays agissait encore seul. Aujourd’hui, nous sommes déjà cinq à unir nos forces pour pouvoir fournir les meilleurs soins à nos patients atteints de maladies rares. J’espère qu’à terme, d’autres pays européens se joindront à nous. Car plus nous représentons de patients, plus notre voix sera entendue dans les discussions sur les médicaments innovants très coûteux. »

L’Irlande a signé aujourd’hui une déclaration d’intention au Grand-Duché de Luxembourg lors d’une réunion des ministres européens de la Santé publique sous  présidence bulgare. L’Irlande s’intègre parfaitement dans l’accord de collaboration car elle est confrontée aux mêmes problèmes en ce qui concerne l’accès aux médicaments innovants à des prix abordables. Les systèmes de soins de santé respectifs présentent également des similitudes suffisantes pour rendre une collaboration possible.A l’initiative de la Belgique, cette approche commune a été discutée pour la première fois avec les Pays-Bas en décembre 2014 et s’est concrétisée par une déclaration d’intention le 20 avril 2015. Le Grand-Duché et l’Autriche les ont respectivement rejoints le 24 septembre 2015 et le 17 juin 2016. Le projet fait également partie du Pacte d’avenir que la ministre De Block a conclu avec le secteur pharmaceutique belge.

« Horizon scanning »
La collaboration BeNeLuxA ne se limite pas aux négociations conjointes sur la fixation des prix. La Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Autriche et l’Irlande collaborent par exemple étroitement en matière d’horizon scanning dans le secteur des médicaments.L’horizon scanning permet d’identifier les innovations pharmaceutiques potentiellement importantes avant leur mise sur le marché. Ces informations permettent aux pays de mieux se préparer afin d’offrir à leurs patients un accès à ces innovations le plus rapidement possible tout en pouvant faire face aux dépenses associées qui sont souvent très importantes.Les pays du BeneluxA mènent également des évaluations pour déterminer la valeur thérapeutique des nouvelles technologies de la santé proposées (Health Technology Assessments) et leur place dans l’arsenal thérapeutique existant.
Des prix plus équitables
Les maladies orphelines sont des maladies rares qui touchent moins de cinq personnes sur dix mille.Il existe environ 8.000 maladies orphelines pour lesquelles à peine 150 médicaments sont disponibles sur le marché. Selon les estimations, 30 millions d’Européens souffrent de l’une de ces 8.000 maladies orphelines.Étant donné qu’il s’agit d’un nombre relativement peu élevé de patients, une firme ne peut vendre que peu de doses d’un médicament orphelin donné et le prix est donc souvent très élevé.Auparavant, chaque pays passait ses propres accords avec les firmes pharmaceutiques. En joignant leurs forces, les cinq pays représentent plus de patients et créent ainsi les conditions nécessaires pour  négocier un prix plus équitable.Les sociétés concernées en tirent également des avantages : elles ne doivent préparer qu’un seul dossier de demande, commun aux 5 pays concernés et ont d’emblée accès à un plus grand nombre de patients (42 millions). Différentes firmes pharmaceutiques ont déjà participé au projet pilote et d’autres ont déjà manifesté leur intérêt.
Plus d’info sur BeNeLuxA
Le site internet www.beneluxa.org comporte des informations générales sur la coopération, les résultats obtenus, des rapports scientifiques et les accords de coopération signés par les différents pays.