Nouveau mécanisme de concurrence pour favoriser la baisse de prix des médicaments

Geplaatst op 05 décembre, 2017 om 11:31

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique introduira dès le 1er janvier 2018 un nouveau mécanisme de remboursement permettant de faire baisser le prix des médicaments plus rapidement. Deux ans après l’expiration du brevet d’un médicament, le remboursement sera limité aux produits qui se trouvent dans la fourchette des « médicaments les moins chers ». Actuellement, l’assurance soins de santé rembourse encore des médicaments pour lesquels il existe des alternatives identiques, mais moins chères, depuis deux ans déjà. En mettant fin à ce système, 38 millions euros par an pourront être dégagés et investis dans l’innovation.

La ministre De Block : « Ce nouveau mécanisme de concurrence va entraîner davantage de diminutions de prix pour nos patients et pour les pouvoirs publics. Nous investirons l’argent que nous épargnons en tant que pouvoirs publics dans des traitements innovants afin de pouvoir encore mieux aider les patients. »

La mesure, qui a été approuvée aujourd’hui en Commission Santé publique, s’inscrit dans la philosophie du Pacte d’avenir que la ministre De Block a conclu en juillet 2015 avec l’industrie pharmaceutique en faveur du patient.

Prix maximum

Après la mise en place du patent cliff en 2016, qui permet de faire chuter le prix des médicaments qui ne sont plus sous brevet de manière importante en une fois, la  ministre De Block introduit encore davantage de concurrence tarifaire. Le remboursement sera en effet désormais limité aux médicaments qui ont le statut de « médicaments les moins chers ».

Les firmes pharmaceutiques disposeront de trois mois pour amener le prix de leurs médicaments dans la fourchette des « médicaments les moins chers ». Si elles n’y parviennent pas, les médicaments concernés seront placés sur une liste d’attente pendant 3 mois avant d’être supprimés du remboursement. Ce délai permettra  aux médecins d’avoir suffisamment de temps pour informer leurs patients et aux autres firmes d’avoir l’occasion d’augmenter leur capacité de production si c’est nécessaire.

 

 

 

 

Prestataires de soin

L’INAMI informera les prestataires de soin de manière plus détaillée en temps utile.