Nouveau projet Plan Cancer : les patients recevront plus rapidement un traitement efficace

Geplaatst op 26 janvier, 2016 om 04:37

Maggie De Block, ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, a souligné aujourd’hui, le 26 janvier, au sein de la commission santé de la Chambre que le Plan Cancer se poursuit à l’aide d’une série de nouvelles mesures, dont le projet “Next Generation Sequencing” (NGS).

Le NGS consiste à tester des fragments du matériel génétique de l’ADN afin de déceler les caractéristiques d’une tumeur ou d’un cancer. Ces caractéristiques détermineront quel médicament sera efficace ou pas. Les patients recevront donc bien plus vite qu’avant un médicament spécifiquement adapté à leur cas. 

Les tests NGS se font déjà dans notre pays. La ministre Maggie De Block souhaite structurer au mieux l’exécution de ces tests afin de pouvoir aider le plus grand nombre de personnes possible.

L’Institut Scientifique de la Santé Publique, l’INAMI et le SPF Santé publique ont élaboré un plan d’action visant la collaboration des laboratoires de différents hôpitaux et le déploiement de centres spécialisés en tests NGS.

Une commission chargée d’indiquer quels fragments de matériel génétique (ADN), soit “panels de gènes”, devront être analysés a également été mise en place. Ce sont précisément ces panels de gènes qui permettront d’extraire les meilleures informations concernant un traitement efficace.

Un système de qualité veillera à ce que les tests NGS soient effectués dans les conditions les plus optimales. 2,7 millions d’euros seront investis cette année dans le projet NGS.

En ce moment, d’autres nouvelles mesures sont en train d’être finalisées dans le cadre du Plan Cancer.

Banques de cellules souches

La ministre Maggie De Block a annoncé le projet NGS dans sa réponse à une interpellation d’André Fréderic, membre du Parlement, concernant la prétendue suppression des banques de cellules souches et des banques de sang de cordon ombilical. Suite à une erreur administrative, celles-ci pensaient notamment devoir cesser leurs activités à partir du 1erjanvier 2016.

Entre-temps, il a été notifié à tous les centres qu’ils peuvent poursuivre leurs travaux et qu’il ne sera mis fin à leur contrat qu’une fois la modification de la nomenclature entrée en vigueur. En attendant, le gouvernement se concertera avec les banques de cellules souches à propos du nouveau mécanisme de financement.

Le but du nouveau système, pour lequel 0,3 million d’euros seront investis, est d’arriver à une qualité supérieure, en évitant en autres la dispersion des banques de cellules souches ainsi que celle des banques de sang de cordon ombilical.