Réaction à propos de la concertation concernant les postes médicaux de garde

Geplaatst op 01 novembre, 2015 om 03:57

Ces derniers jours, un sentiment d’inquiétude concernant l’avenir des postes de garde de médecine générale a fait son apparition chez les médecins généralistes. La cellule stratégique de la ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, Maggie De Block, a reçu jeudi soir dernier  les représentants des syndicats de médecins et des services de garde afin de répondre à leurs questions. Elle a à cette occasion mis une proposition concrète de 4 points sur la table.
La ministre De Block: « Notre message est clair: tous les patients de notre pays ont droit à des soins de qualité, accessibles, et abordables financièrement, et cela au moment où ils ont besoin de ces soins. Cela signifie que nous avons besoin d’un système de services de garde bien organisé et que les postes médicaux de garde y ont certainement un rôle important à jouer.


Dans le budget des soins de santé 2016, les montants pour les nouveaux postes médicaux de garde qui n’ont pas encore été utilisés sont gelés. Sur un total de 10,2 millions d’euros pour 2015 et 2016, la tranche de 5,25 millions qui était inscrite pour 2016 est économisée. Ce montant contribue aux économies qui doivent avoir lieu dans les soins de santé. Le montant restant de 4,95 millions d’euros sera libéré si certaines conditions sont remplies.

La ministre De Block: « Nous voulons que les services de garde et les postes de garde de médecine générale, les services d’urgence et le triage via le numéro 1733 soient mieux coordonnés. Ces services doivent former un ensemble rationalisé garantissant un bon service et des soins de qualité pour le patient. Cela nécessite une vision globale de l’organisation et des relations entre ces différents services. Nous devons aussi examiner comment rendre encore plus efficiente l’organisation des postes de garde de médecine générale.

Proposition concrète
Le ministre a proposé jeudi soir de lancer un groupe de travail à court terme avec toutes les parties prenantes. Début de la semaine prochaine, tous les concernés recevront une invitation pour une première réunion de ce groupe de travail. La ministre De Block: « Ce groupe de travail se verra confier quatre missions. Nous devons premièrement développer ensemble une vision intégrée, qui ne couvre pas uniquement les postes de garde de médecine générale, mais bien l’ensemble du système. Dans l’accord Medicomut 2015, il était également question d’un protocole entre les services d’urgence et les postes de garde. L’objectif est que le groupe de travail évalue l’état d’avancement de ce protocole et son application: il s’agit de sa deuxième mission. »

« Une troisième tâche consistera à optimiser la structure de coûts et l’efficacité des postes de garde. Aujourd’hui, nous constatons qu’il existe des différences de pratiques entre certains postes de garde. Nous voulons examiner ces différences afin de parvenir à une plus grande normalisation des critères. Si nous voulons affecter au mieux les ressources disponibles, cet exercice est indispensable. Nous voulons enfin développer une méthodologie concrète au sein du groupe de travail pour l’octroi des 4,95 millions d’euros aux projets déjà introduits auprès de l’Inami et conformes aux nouveaux critères normalisés « .