Renforcement de la participation des patients VIH à la politique grâce au Conseil Positif

Geplaatst op 30 juin, 2016 om 19:43

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, a officiellement reconnu le Conseil Positif comme organe consultatif en matière de politique VIH en Belgique. Elle réalise ainsi une des priorités du plan VIH pour 2016.

Maggie De Block : « Le Conseil Positif permet aux patients atteints du VIH de participer à la création des mesures relatives à la prévention et à l’approche du VIH et du SIDA. Ils sont désormais cogestionnaires de la politique en la matière. »

Le Conseil Positif veillera également à ce que les mesures des pouvoirs publics relatives au VIH soient adaptées aux besoins spécifiques des patients atteints du VIH. En parallèle, il servira de point de contact unique pour la politique en matière de VIH dans notre pays.

Le Conseil Positif fournira des conseils, aussi bien au sujet de la prévention et du dépistage du VIH que concernant les soins pour patients VIH. Il pourra notamment mettre en lumière de nouvelles possibilités de traitement ou suggérer des mesures permettant de lutter contre la discrimination des patients atteints du VIH. Grâce à cette participation, les différentes autorités de notre pays pourront faire en sorte que la politique en matière de VIH et les souhaits et attentes des patients VIH mêmes s’accordent mieux et plus rapidement. Ceci sera bénéfique pour la qualité de vie des patients concernés.

Coordinateurs

La ministre De Block a désigné deux coordinateurs qui, dans un premier temps, représenteront le Conseil lors de la concertation avec les autorités : Patrick Reyntiens (Sensoa) comme coordinateur néerlandophone et Grâce Ntunzwenimana (Siréas) comme coordinatrice francophone. Ils représentent également les deux groupes qui sont le plus souvent touchés par le VIH, respectivement les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les femmes d’Afrique subsaharienne.

Le Plan VIH national et les Nations Unies

La reconnaissance du Conseil Positif par la ministre De Block constitue un point important du Plan VIH national.

En outre, la création du Conseil Positif s’inscrit parfaitement dans le principe GIPA des Nations Unies, qui est l’abréviation de ‘Greater Involvement of People Living with hiv/aids’. Dans son programme sur le VIH/SIDA, l’ONU insiste sur le fait que les patients infectés par le VIH doivent être impliqués de manière active dans la lutte contre le VIH/l’épidémie du SIDA, par exemple, en leur donnant un pouvoir de codécision dans le processus politique.