Soins de santé mentale pour enfants et adolescents : soutien à l’action Nez rouges

Geplaatst op 04 décembre, 2015 om 04:16

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, soutient l’action Nez rouges de VTM, Qmusic et Belfius et a libéré 25.000 euros à cet effet. Ce soutien s’ajoute à l’investissement de près de 23 millions d’euros supplémentaires du gouvernement fédéral dans les soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents en 2016

Maggie De Block : « Les soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents sont une de nos priorités. Le soutien supplémentaire pour que les enfants et les jeunes reçoivent le plus rapidement possible l’aide adéquate au bon endroit permet, par exemple, de les aider aussi à domicile, dans leur environnement familier et en présence des parents. »

Durant l’été 2015, la ministre De Block a lancé une nouvelle manière d’envisager les soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents en concertation avec ses collègues des entités fédérées. La première phase était la publication d’un guide sur la nouvelle politique.

Coordination

Les soins sur le terrain seront mieux coordonnés et bénéficieront de renforts.

Un réseau de soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents a été mis en place dans chaque province. Toutes les institutions et tous les services actifs dans le domaine sont représentés au sein de ces réseaux. Un coordinateur rassemble tous les intéressés, organise la concertation et fait en sorte que des accords concrets soient conclus.

Information

Chaque réseau attirera des experts qui fourniront des informations dans les écoles, les CPAS, etc. Ils expliqueront notamment quels signaux indiquent qu’un enfant ou un jeune a besoin d’une aide psychique. Un projet distinct prévoit des experts du TDAH qui donneront des informations spécifiques sur cette problématique aux médecins généralistes, aux enseignants, aux parents, etc.

Équipes mobiles

Les équipes mobiles multidisciplinaires qui accompagnent les enfants et les adolescents à domicile (ou un lieu de substitution du domicile) seront renforcées. La ministre Maggie De Block : « En traitant les enfants à domicile, elles peuvent directement impliquer les parents et c’est important. L’aide précoce et le traitement à domicile permettent aussi d’éviter des admissions. »

Gestion de situations de crise

Les réseaux recevront également un soutien supplémentaire pour gérer les situations de crise. Une institution pourra ainsi faire intervenir des prestataires de soins supplémentaires, par exemple, pour qu’un jeune en situation de crise ne doive pas déménager et pour qu’il puisse être pris en charge et soigné.

Double diagnostic

Enfin, des moyens ont été libérés pour pouvoir faire intervenir plus de prestataires de soins dans le traitement des enfants et des adolescents qui présentent un double diagnostic, c’est-à-dire la combinaison d’une déficience mentale et d’un problème psychique.