Solution pour utilisation chronique des sprays nasaux sûrs : double statut

Geplaatst op 29 novembre, 2016 om 09:47

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, a adapté, entre autres sur la base de témoignages de patients, les mesures relatives aux sprays nasaux et aux inhibiteurs d’acidité gastrique (antiacides)  pour certains utilisateurs. Il s’agit de mesures qui s’appuient sur des preuves et des avis scientifiques qui ont été prises dans le cadre du budget des soins de santé 2017.

Maggie De Block : « En collaboration avec l’INAMI, nous avons développé une solution pour les personnes qui doivent utiliser les sprays nasaux contenant la plus faible dose de corticostéroïdes de manière chronique. Ces sprays nasaux pourront être délivrés sans prescription dès le courant de l’année prochaine, mais resteront toutefois disponibles sur prescription.

En ce qui concerne les antiacides au dosage le plus élevé, la ministre De Block souligne que les petits emballages sont toujours remboursés. Il existe cependant des exceptions pour les grands emballages, entre autres : les antiacides contenant du lansoprazole sont toujours remboursés s’il s’agit des grands emballages et du dosage le plus élevé.

Surconsommation

Une étude menée par les universités de Gand et de Liège a révélé que 49 % des patients qui utilisent des sprays nasaux décongestionnants disponibles en vente libre le font de manière excessive, ce qui risque donc de nuire à leur santé. La muqueuse nasale risque notamment d’être attaquée et il y a un risque de congestion nasale.

Les sprays nasaux à base de corticostéroïdes sont plus sûrs pour la santé et plus efficaces, mais ne sont vendus que sur ordonnance.

Afin d’éliminer la surconsommation de sprays décongestionnants, la ministre De Block avait décidé lors du conclave budgétaire, et sur avis de la Commission pour les médicaments à usage humain, d’autoriser la mise en vente libre des sprays nasaux contenant des corticostéroïdes. Ainsi, les patients auraient plus facilement accès à ces sprays plus sûrs.

Le prix des sprays avait ensuite augmenté.

Double statut

Maggie De Block : « Sur la base des témoignages de patients, j’ai examiné avec les services de l’INAMI si nous pouvions tout de même continuer à rembourser les corticostéroïdes nasaux dans certains cas. Il s’avère qu’un petit groupe de patients doit utiliser des sprays nasaux de manière chronique. Afin d’aider ces personnes, j’ai travaillé à une solution avec l’administration de l’INAMI : les sprays nasaux auront un double statut et seront disponibles avec et sans prescription. »                                                                       …

Les sprays nasaux contenant des corticostéroïdes passeront de la catégorie B à Cx, de sorte que le ticket modérateur soit un peu plus élevé. Le patient reste protégé par le maximum à facturer. Une fois ce montant maximal atteint, le patient ne devra plus rien payer pour les sprays nasaux sur prescription.

La mise en œuvre concrète de ce double statut prendra un certain temps et les sprays nasaux à base de corticostéroïdes sans prescription ne seront vraisemblablement disponibles qu’à partir du second semestre de 2017.

Antiacides

La mesure visant à éliminer la surconsommation de la plus forte dose d’antiacides s’inscrit dans le cadre d’un avis fondé émis par la Commission de remboursement des médicaments (CRM). La CRM est d’avis qu’un traitement de plus de huit semaines avec un antiacide au dosage le plus élevé n’est pas justifié d’un point de vue médical, sauf pour les patients atteints du syndrome de Zollinger-Elisson.

Les antiacides contenant du lansoprazole constituent une deuxième exception : il est médicalement fondé de prendre cet antiacide spécifique pendant plus de huit semaines au dosage le plus élevé.

Concernant les antiacides, qui sont toujours sur prescription, la situation sera donc la suivante à l’avenir :

  • les antiacides au dosage le plus élevédans des emballages de 56 ou 60 comprimés ne seront plus remboursés. Exceptions : pour les patients souffrant du syndrome de Zollinger-Elisson, pour qui les comprimés sont entièrement remboursés. Et l’antiacide contenant du lansoprazole sera aussi remboursé au dosage le plus élevé et dans de grands emballages.

les antiacides aux dosages inférieurs à 40 mgsont toujours remboursés. Y compris les grands emballages.