Somnifères et calmants : de meilleures solutions existent

Geplaatst op 01 février, 2018 om 14:33

La ministre de la Santé publique Maggie De Block lance aujourd’hui la campagne « Somnifères et calmants, pensez d’abord aux autres solutions ». L’objectif est de sensibiliser les prestataires de soins et leurs patients aux risques liés aux calmants et aux somnifères et de promouvoir des alternatives plus saines. Avec plus de 1,25 million de doses unitaires de benzodiazépines délivrées chaque jour, la Belgique est championne en matière de consommation de somnifères et de calmants. Leur utilisation est également beaucoup plus élevée que les besoins réels.

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique: « Une alimentation saine, suffisamment d’exercice, des habitudes de sommeil régulières, assez de détente et un rythme de travail équilibré: voilà les meilleurs remèdes contre les troubles du sommeil, le stress ou l’anxiété. Les somnifères et les calmants n’offrent pas de solution durable, ils agissent uniquement sur les symptômes. De plus, ils comportent d’importants risques, comme des problèmes de dépendance et de concentration. Avec cette campagne, nous voulons encourager les patients et les prestataires de soins à choisir une pilule moins rapidement et à investir du temps et des efforts dans une approche structurelle. »

Effets

Les somnifères et les calmants peuvent être utiles pour certaines personnes, mais conjugués à un traitement non médicamenteux, à une dose limitée et contrôlée et ce pendant une période limitée. Une alimentation saine, un bon rythme de sommeil, une activité physique régulière, un accompagnement spécifique, etc. doivent également sont également nécessaires pour pouvoir s’attaquer aux causes sous-jacentes.Malheureusement, de nombreux patients souffrant d’anxiété, de stress ou de troubles du sommeil utilisent ces médicaments comme seul traitement, et de surcroît à long terme. Cela comporte un risque important. Les benzodiazépines, les calmants et somnifères les plus couramment utilisés, entraînent une accoutumance pouvant aller jusqu’à la dépendance. Les gens peuvent déjà devenir dépendants après deux semaines. Ils peuvent également provoquer de nombreux effets secondaires, tels que des problèmes de mémoire et de concentration, de la confusion, un risque accru de chutes chez les personnes âgées, etc.

Médecins et pharmaciens en première ligne

Les médecins et les pharmaciens jouent un rôle crucial dans la sensibilisation, l’information, la motivation et l’accompagnement des patients souffrant de troubles du sommeil, d’anxiété ou de stress. C’est pourquoi le Service Public Fédéral Santé publique lance cette campagne à la demande de la ministre De Block.  L’objectif est double: réduire la consommation de somnifères et de calmants dans notre pays et aider les prestataires de soins à guider leurs patients vers une approche à long terme des troubles du sommeil, de l’anxiété et du stress.

Différents outils ont été développés pour les professionnels de la santé :

  • une plateforme d’aide en ligne pour les médecins et les pharmaciens, qui comporte de nombreux conseils, des outils pratiques sur l’utilisation correcte des somnifères et calmants et explique comment intervenir lors d’un sevrage;
  • des formations en ligne;
  • du matériel de sensibilisation, comme une fiche pratique avec des directives pour les médecins, des affiches et des brochures pour la salle d’attente ou la pharmacie.

Rôle du patient

Les patients ont également un rôle important à jouer. Ils doivent être prêts à investir suffisamment de temps et d’énergie dans une approche non médicamenteuse des troubles du sommeil, de stress ou d’anxiété et à demander des médicaments moins rapidement. Afin d’attirer leur attention sur l’importance d’une approche non médicamenteuse et sur les risques liés aux somnifères et aux calmants, des brochures et affiches ont été élaborées et distribuées dans les salles d’attente des médecins généralistes, des pharmacies et des hôpitaux.

Tous les médecins généralistes et pharmaciens ainsi que toutes les directions d’hôpitaux recevront une lettre avec le matériel de la campagne dans les prochains jours.