Trois mesures pour accélérer encore les procédures d’asile

Geplaatst op 14 novembre, 2019 om 18:52

Sur proposition de la ministre de l’Asile et de la Migration, Maggie De Block (Open Vld), le conseil des ministres a approuvé aujourd’hui trois mesures pour accélérer encore les procédures d’asile. Ainsi, tous les départements fédéraux collaboreront, du personnel supplémentaire sera engagé et Fedasil pourra faire appel à des acteurs privés pour l’assister dans le cadre de sa mission d’accueil.

« Des procédures d’asile plus rapides profitent à tous : aux demandeurs d’asile qui savent plus vite à quoi s’en tenir, mais aussi à notre pays par la sortie plus rapide du réseau d’accueil », explique Maggie De Block (Open Vld), ministre de l’Asile et de la Migration. « Tout qui demande l’asile dans notre pays a droit au gîte et au couvert. Nous devons éviter que des familles avec enfants finissent en rue, à l’approche de l’hiver. »

Le réseau d’accueil arrive à saturation. La principale raison est que la durée de traitement des demandes est en ce moment encore trop longue. De plus, le nombre de demandeurs d’asile augmente, tout comme ailleurs en Europe. Il est en outre pour Fedasil aujourd’hui plus difficile qu’auparavant de trouver et d’ouvrir des lieux d’accueil. Le conseil des ministres a dès lors approuvé aujourd’hui, sur proposition de la ministre De Block, une série de mesures pour continuer à soutenir les instances chargées de l’asile et de l’accueil.

Tout d’abord, du personnel supplémentaire sera engagé pour le Commissariat général aux réfugiés et apatrides (CGRA) et le Conseil du Contentieux des Étrangers (CCE). Le CGVS analyse tous les dossiers d’asile. Le CCE traite les recours. Les procédures d’accueil sont ainsi écourtées ainsi que la durée du séjour dans le réseau d’accueil.

Deuxièmement, tous les services fédéraux cherchent des mesures pour soutenir les services de l’asile dans leur mission. Ces derniers mois, ces instances ont déjà pu compter sur le soutien d’autre services publics. Par exemple, des sites mis à disposition par la Régie des Bâtiments ou la Défense ou encore aux procédures de sélections accélérées activées par le Selor. Des efforts supplémentaires d’autres services publics peuvent faire une différence.

Enfin, Fedasil lancera en extrême urgence un marché public afin que des acteurs privés puissent aussi offrir des possibilités d’accueil.

Maggie De Block, ministre de l’Asile et de la Migration : « Nous devons respecter la loi, mais c’est aussi un devoir moral, malgré l’opposition des riverains, plus que jamais nourrie par de la désinformation délibérée. Je comprends l’inquiétude des gens quand un centre d’asile ouvre tout à coup près de chez eux. Mais tout ne se règle pas en un claquement de doigts. L’asile est une réalité complexe qu’un pays seul, petit ou grand, ne peut pas contrôler complètement. Je continue à plaider pour des solutions structurelles au niveau européen. »