Lesbos : concertation avec le ministre grec de l’Immigration et de l’Asile

Geplaatst op 16 septembre, 2020 om 17:17

Maggie De Block, ministre belge de l’Asile et la Migration, a reçu ce matin son collègue grec, Giorgos Koumoutsakos, pour discuter de la situation à Lesbos, de l’aide de la Belgique et du futur de la politique européenne de l’asile et de la migration.

Les deux pays s’accordent sur le fait que des mesures ad hoc, crise après crise, ne sont pas tenables au long terme. Seule une approche globale au niveau européen peut offrir une solution structurelle. Un aperçu clair de l’effort de chaque état membre serait une première étape. La Grèce en fait aujourd’hui beaucoup plus que ce qui peut être raisonnablement attendu d’elle. Dans la perspective européenne, la Belgique est également parmi les états membres avec les efforts les plus élevés. Chaque état membre devrait contribuer équitablement.

La Grèce remercie la Belgique pour son aide concrète vis-à-vis de la situation actuelle à Lesbos. Les deux pays sont tombés d’accord pour travailler main dans la main afin de trouver des réponses structurelles au niveau européen. Ils expriment l’espoir que le New Pact on Migration and Asylum qui sera bientôt présenté par la Commission européenne, fournira des solutions aux défis actuels. Ils appellent les autres états membres à réaliser continuellement leur part équitable des efforts européens communs en matière d’asile et de migration. Si chacun des états membres réalisait sa part équitable comme la Belgique le fait, alors la Grèce, mais également d’autres pays comme Malte ou Chypre, ne ferait pas face à une pression aussi forte.

Devant faire face à une situation dramatique à Lesbos, la Grèce demande à la Belgique s’il y a des possibilités de relocalisation d’un nombre limité de demandeurs d’asile vulnérables. La Belgique veut continuer à montrer sa solidarité et propose de relocaliser 100 à 150 demandeurs d’asile vulnérables, comme des familles avec enfants, des mamans ou des femmes seules. La Grèce fera savoir à la Belgique comment la collaboration pourra être poursuivie. Cet effort vient s’ajouter à l’engagement belge de la semaine passée de relocaliser douze mineurs étrangers non accompagnés (MENA). Suite à la demande de la Grèce au début de l’année, la Belgique a déjà relocalisé dix-huit autres MENA. Ils sont arrivés en Belgique il y a quelques semaines.